Chronologie des médias : nouvel accord sur la diffusion des films sur les plateformes de streaming

Chronologie des médias : nouvel accord sur la diffusion des films sur les plateformes de streaming

Le principe de la chronologie des médias était pensé pour protéger les productions cinématographiques. Ce dispositif régit notamment, les délais d’exploitation des films sur les supports médias et les plateformes de streaming après leur sortie en salle de cinéma. La chronologie des médias n’a pas connu de grands changements depuis les années 60, jusqu’au début de 2022 où un nouvel accord a été signé entre le cinéma français et les principaux médias audiovisuels présents sur la scène médiatique française.

Le délai de diffusion des films se réduit à moitié pour les plateformes SVoD

Cette nouvelle est le fruit des négociations menées par les plateformes de streaming, notamment les SVoD américaines, le centre national du cinéma (CNC) et l’Etat français. L’accord porte sur la réduction des délais de diffusion des films en streaming après leur projection sur grand écran en salle.

Les plateformes de streaming américaines sont de la partie et obtiennent une diminution de deux fois moins de temps que l’ancienne close qui était de 36 mois pour la reprise des films en streaming. Effectivement, Amazon Prime Video, Apple TV+ et Disney+ peuvent exploiter et diffuser les films sur leurs plateformes SVoD après 17 mois de la sortie en salle.

Une exception décrochée par Netflix qui arrive à négocier un accord bilatéral avec les institutions françaises du cinéma et ainsi obtenir 15 mois de délai sur le principe de la chronologie des médias. En contrepartie, Netflix s’engage à produire 10 films par an, représentant environ 40 millions d’investissement.  

Exceptions pour les diffuseurs français dans la chronologie des médias

Canal+, grand privilégié des médias français pour l’acquisition des droits de diffusion des productions cinématographiques françaises sur le principe de la chronologie des médias. 

En effet, la filiale de Vivendi a pu se démarquer de Netflix et obtenir un délai de 6 mois après la diffusion des films en salle. Grâce à un accord à hauteur de 600 millions d’euros d’investissement dans la production cinématographique française et européenne sur 3 ans, Canal+ se projette loin devant Netflix.

En revanche, l’accord sur la chronologie des médias demeure toujours le même pour les chaînes de télévisions gratuites, à l’instar de TF1 et France Télévisions, qui est de 22 mois. Toutefois, elles bénéficieront d’une exclusivité de diffusion du 22ème au 36ème mois, ainsi les autres plateformes de streaming se verront empêcher de diffuser les mêmes films durant cette période.

Les avis restent mitigés du côté des plateformes SVoD de Disney et Amazon sur cet accord. D’ailleurs la plateforme américaine Disney+ a exprimé son mécontentement et pourrait retirer certains film de son programme de sorties au cinéma.

Des conseils pour éviter de se retrouver sans Internet lors de son emménagement

Des conseils pour éviter de se retrouver sans Internet lors de son emménagement

Voilà, votre déménagement est décidé et en bon citoyen que vous êtes, vous entamez les préparatifs quelques jours à l’avance pour éviter toute mauvaise surprise au moment où vous emménagez dans votre nouveau logement. En effet, beaucoup s’y prennent à la dernière minute et ont déjà vécu la mauvaise expérience de se retrouver sans chauffage, sans électricité, sans gaz, et même sans Internet.

Réaliser les démarches nécessaires au bon moment vous permettra de conserver votre confort à domicile et votre connexion Internet le jour même de l’emménagement dans votre nouvel habitat.

Effectivement, en engageant les procédures essentielles lors de votre emménagement et en étudiant vos options de changement de contrat d’énergie, de résiliation ou de transfert de votre abonnement Internet des jours à l’avance, vous évitera des désagréments à l’arrivée.

Songez à un test d’éligibilité aux offres Internet

Pendant le tri de vos affaires et la préparation de vos cartons, ainsi qu’après avoir comparé les offres de contrat d’énergie pour votre nouvel appartement ou nouvelle maison, c’est le moment de se demander quelle option choisir pour votre connexion Internet.

Avant toute chose, pensez à vérifier l’éligibilité de votre nouvel habitat aux différentes technologies Internet ainsi que ses performances numériques afin de déterminer lequel parmi les abonnements Internet convient le mieux à vos besoins. Vous pouvez réaliser un test d’éligibilité en ligne en fournissant le numéro de téléphone et l’adresse postale du logement où vous emménagez sur des sites qui le proposent ou bien directement sur le site de votre actuel opérateur.

Ce test d’éligibilité d’Internet de votre habitat vous permet d’établir le niveau de connectivité à l’ADSL ou le VDSL ou encore la fibre optique. N’hésitez pas à consulter les offres de plus d’un fournisseur d’accès Internet.

Transférer son abonnement Internet ou souscrire avec un nouveau fournisseur

Une fois le test d’éligibilité effectué, vous pouvez maintenant décider de l’option que vous allez choisir pour établir la connexion Internet dans votre nouvel appartement ou nouvelle maison.

En effet, si tout va bien avec votre fournisseur ainsi que votre abonnement Internet actuel, et que votre nouveau logement est éligible à la même technologie Internet que votre abonnement, vous pouvez donc demander le transfert de votre abonnement Internet tout en conservant l’offre que vous disposez. Il est nécessaire dans ce cas de s’y prendre des semaines à l’avance.

En outre, si vous souhaitez souscrire à une offre bien plus intéressante, notamment introduire la fibre optique à votre nouveau domicile, alors il est préférable de procéder à la résiliation de votre abonnement Internet actuel et passer chez la concurrence chez un autre opérateur.

ADSL ou VDSL : quelle différence ?

ADSL ou VDSL : quelle différence ?

À la fin du 20ème siècle, une invention majeure voit le jour et change radicalement la manière de communiquer pour l’humanité, Internet ! C’est l’ensemble de matériels informatiques, de réseaux, notamment des serveurs, des routeurs, des répéteurs, etc. et bien évidemment les câbles téléphoniques, qui nous permettent de consulter, d’envoyer et de recevoir des données grâce à différentes applications, la plus connue de tous est le web (World Wide Web).

Devant ce franc succès, avec le nombre croissant d’internautes ainsi que les entreprises et les universités connectées sur la toile (web), il a fallu améliorer la connectivité de tous ces individus et ainsi répondre, à la fois, à la demande et la vitesse d’accessibilité des données avec un volume qui ne cesse de s’accroître.

En effet, plusieurs technologies sont mises en place pour augmenter le débit de transfert de données, notamment l’ADSL et le VDSL, dans l’objectif de supporter le nombre exponentiel des internautes et de leur offrir une navigation rapide et un accès fluide au monde du web.

 

ADSL et VDSL sont de la même famille !

Asymmetric Digital Subscriber Line, connu sous l’acronyme ADSL, est la technologie la plus répandue parmi les offres d’Internet haut débit proposées par les différents fournisseurs d’accès internet (FAI) de l’hexagone.

En effet, c’est la première technologie à nous émanciper des premières offres d’Internet bas débit qui mettaient notre patience à rude épreuve due à la lenteur de transfert de données, mais on était content quand même.

Grâce à un modem haut débit et une ligne téléphonique déjà présente, le tour est joué, vous bénéficiez d’un raccordement ADSL, vous permettant ainsi de naviguer rapidement sur le web.

De la même famille des xDSL, le VDSL Very-High-Bit-Rate DSL, est la version améliorée de l’ADSL qui vous offre une vitesse de navigation quadruplée en utilisant également l’efficace vieille méthode de transfert des fils en cuivre de votre ligne téléphonique + un routeur haut débit fourni par l’opérateur.

Que choisir ? ADSL ou VDSL

Plusieurs raisons peuvent vous amener à envisager la question, comme un emménagement dans un nouveau logement, une amélioration du débit pour en profiter avec toute la famille de loisirs multimédias, tels que les jeux vidéo et le streaming en HD, etc.

Avec une offre VDSL la différence se ressent immédiatement avec un débit en download allant de 15 à 50 mégabits /seconde, alors que les performances de l’ADSL sont de 1 à 20 mégabits /seconde.

Certains opérateurs proposent les deux configurations au même prix pour leur box ADSL ou VDSL, sachant qu’ils exploitent le bon vieux réseau téléphonique comme fil conducteur, donc pas de travaux de raccordement payants.

Pour le VDSL, deux conditions à vérifier, notamment si votre opérateur propose cette offre d’abonnement Internet et si vous êtes éligible pour recevoir la connexion VDSL en vérifiant la condition physique, à savoir la distance entre votre logement et le répartiteur de votre ville qui ne doit pas dépasser 1 km.

Largement déployé dans tout le territoire français, l’ADSL reste l’option la plus répandue dans les foyers français, mais cette tendance est en train de s’inverser face à la fibre optique qui offre des débits gigantesque à l’ordre de gigabits /s.